Dead Cells, c'est un jeu qui emprunte pas mal au rogue-lite, un genre particulièrement apprécié dans les contrées isolées de gnugaming.fr.

Il est développé par Motion Twin, un studio Bordelais dont j'aimerais parler plus souvent ici qui s'est notamment illustré avec des jeux par navigateur comme hordes.fr ou mush, qui ont assez peu en commun avec le sujet du jour.

cells_fight

Encore en Early Access lors de l'écriture de ces lignes, Dead Cells remporte déjà un certain succès critique sur les principales plates-formes de distribution qui nous concernent, avec une note de 5 étoiles sur GOG.com et pléthore d'évaluations élogieuses sur Steam.

Son style visuel pixel-art, sa difficulté honorable et ses inspirations retro (je n'emploierai pas la contraction de «Metroid» et «Castlevania» sur cette page, mais vous avez saisi l'idée) le rendent d'ores et déjà très attractif, avant même sa sortie officielle (ce qui est pour moi la marque des bons indés − je vous parlerai de Streets of Rogue, un jour!).

Assez tôt pendant l'accès anticipé, un portage GNU/Linux et Mac OS fut annoncé, mais le doute restait permis tant les promesses ont tendance à décevoir notre communauté ces derniers temps (Killing Floor 2? Quelqu'un se rappelle de la conférence?).

Cependant, une nouvelle confirmation a été effectuée récemment sur le portail communautaire du titre.

C'est dit, nous pourrons explorer Dead Cells quelque part entre Mai et Juin de cette année 2018.

Nous sommes même en droit d'espérer (rien d'officiel toutefois) que la version portée sera accessible directement sur gog.com sans DRM moche.

Sortez vous manettes (conseillées, pour ce jeu), et si vous êtes aussi extatique que moi, préparez-vous psychologiquement pour une expérience digne des meilleurs du genre.